poeme

                                                                       A MON PERE

 

                                       Nous deux,  complices des interdits

                                       Il y a bien longtemps, écoute père,

                                       ma prière,

                                       dans ce joli pays où,l'air est bon

                                       je voudrai tant que tu sois prés de moi,

                                       ne peux-tu pas comme une baguette magique,

                                        m'apporter un peu de soleil dans mon coeur

                                       en m'envoyant des rayons de la couleur de l'arc en ciel

                                       pour pouvoir réaliser ce reve fou, batir

                                       un petit nid, où toi je t"emmènerai

                                       ici, dans ce monde merveilleux.

3 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×